Accueil Livres Critique du livre: Les vérités que nous détenons
Critique du livre: Les vérités que nous détenons PDF Print E-mail
Written by Kam Williams   
Sunday, 03 February 2019 17:20

«Nous avons vu… l'administration [Trump] s'aligner sur les suprémacistes blancs de son pays et se rapprocher des dictateurs à l'étranger; arracher les bébés des bras de leur mère en violation grotesque de leurs droits humains; donner aux entreprises et aux riches d’énormes réductions d'impôt ; faire avorter notre lutte contre le changement climatique; saboter les soins de santé et mettre en péril le droit des femmes de contrôler leurs propres corps; tout en s’en prenant à ... l'idée même d'une presse libre et indépendante ...

Les Américains savent que nous sommes meilleurs que cela ... Mais nous devrons lutter pour l'obtenir ... Ce livre découle de cet appel à l'action et de ma conviction que notre combat doit commencer et se terminer par dire [ la] vérité ... que le racisme, le sexisme, l'homophobie, la transphobie et l'antisémitisme sont bien réels dans ce pays et que nous devons défier ces forces. "

Extrait de la préface (pages xiv-xv) du l'ouvrage Les vérités que nous détenons1

Kamala Harris a officiellement lancé son chapeau dans le ring pour la course à l'investiture démocrate à la présidence de 2020, en lançant sa campagne via un rassemblement plein d’allant dans sa ville natale d'Oakland, à laquelle ont assisté plus de 20 000 partisans enthousiastes.

L’annonce de la candidature de la sénatrice ayant complété son premier mandat en Californie rappelle celle de Barack Obama dans la mesure où elle est métissée sur le plan racial et a de façon pratique publié une autobiographie fort opportune qui présente également son programme politique.

Dans ce livre, on apprendra que le père de Kamala Harris, Donald, provenait de la Jamaïque et a enseigné l’économie à Stanford et la mère, Shyamala, une chercheuse en cancérologie est née en Inde. Le livre est très captivant et se lit comme si elle l’a écrit elle-même contrairement à la plupart des célébrités de nos jours.

Elle réfléchit avec tendresse à sa riche culture de son enfance ayant grandi dans la région de la baie jusqu’à l’âge de 12 ans, lorsque sa mère a pris un emploi dans la partie francophone de Montréal. Au lycée, Kamala Harris a développé un intérêt à devenir avocate et a décidé de fréquenter l’Université Howard (où elle a rejoint l’équipe de débat et a prêté serment à l’association étudiante AKA) parce que c’était l’alma mater de son héros, Thurgood Marshall.

Suite à sa graduation, elle est retournée à Oakland pour étudier le droit à l’École de droit Hastings de l’université de Californie avant de lancer sa carrière juridique.  Elle a connu une ascension fulgurante, en passant de procureur adjoint à procureur de district de San Francisco, ministre de la Justice (procureur général) de la Californie à sénatrice américaine.

Vu qu’elle a passé beaucoup de temps à représenter l’État dans les affaires pénales, Kamala Harris se positionne ici en tant que progressiste politique censée convaincre les sceptiques des critiques car elle qualifie maintenant le système judiciaire de raciste.  Globalement, je dirais que ce livre sert d’introduction persuasive pour une candidate charismatique susceptible d’être à long terme dans la course présidentielle.

[ Cette critique a été traduite par la rédactrice en chef de Méga Diversité, Patricia Turnier, détentrice d’une maîtrise en droit, LL.M]


The Truths We Hold
An American Journey
de Kamala Harris
Maison d’édition Penguin Press
Livre à couverture rigide, 30$U.S.
336 pages
ISBN: 978-0-525-56071-5
 
Le livre est disponible à barnesandnoble.com, amazon.com, .ca, .co.uk ou chapters.indigo.ca/
 

----------------------------

 1 Vu que le livre The Truths We Hold n’est pas actuellement traduit en français, il s’agit d’une traduction littérale

------------------------------------------

À propos de l'auteur de cette critique: Kam Williams est un critique de film et de livre syndiqué qui écrit pour plus de 100 publications aux États-Unis, en Europe, en Asie, en Afrique, au Canada et dans les Caraïbes. Il est membre du New York Film Critics Online, du Comité de nomination du NAACP Image Awards et de Rotten Tomatoes. Il est un contributeur à TheLoop21.com, eurweb.com et ainsi de suite. Il est également chroniqueur pour notre webmag www.megadiversities.com. Une de ses entrevues a fait la couverture du magazine Heart and Soul en automne 2012. L'un des entretiens de Kam Williams avec Spike Lee est inclus dans le livre de 2002 intitulé Spike Lee: Interviews (Conversations with filmmakers)(Spike Lee: Entrevues (Conversations avec les cinéastes)). Ce livre rassemble les meilleures entrevues de Lee. Certains des articles de Kam Williams sont traduits en chinois, en espagnol et en français (dont la première entrevue ci-dessus). En 2008, il a été élu le journaliste le plus éminent de la décennie par la publication Disilgold Soul Literary Review. De plus, il a été honoré le 15 juin 2012 aux Nations Unies (pour le BMORENEWS GLOBAL FORUM ON WOMEN’S EMPOWERMENT). Williams est un avocat érudit qui détient un baccalauréat en études afro-américaines de l'Université Cornell, une maîtrise en anglais de l'Université Brown, un M.B.A. de l'école Wharton et un J.D. de l'Université de Boston. L’an dernier, il a été présenté sur ce site Internet: http://www.caribbeanlifenews.com/stories/2015. Kam Williams est membre du Barreau au New Jersey, New York, Connecticut, Pennsylvanie, Massachusetts et à celui de la Cour Suprême des États-Unis. Il vit à Princeton, (New Jersey) avec sa femme et son fils. Kam Williams peut être rejoint en anglais à This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it .